Arrivée de Manga Plus en France – Top 7 mangas 2021

Bonjour, bonsoir à tous, c’est Komorebi. On se retrouve aujourd’hui car j’étais très heureux de voir l’arrivée de Manga Plus en France. Et comme je ne lis pas de scans de mangas en temps normal, je me suis dit que j’allais profiter de cette offre légale pour en faire quelque chose de Plus. Mais c’est aussi car j’ai eu quelques bonnes et quelques mauvaises surprises avec les différents mangas qui étaient disponibles en français au cours de l’année 2021. Nous allons donc avoir deux gros sujets pour remplir cet édito et nous allons commencer sans plus tarder en parlant de l’arrivée de Manga Plus.

Arrivée de Manga Plus

Qu’est-ce que c’est ?

Le Weekly Shōnen Jump de Shūeisha a atteint un pic de tirage hebdomadaire de 6,53 millions d’exemplaires dans les années 1990. Mais les deux décennies suivantes ont vu un déclin graduel de la presse écrite, ce qui a réduit son lectorat. En réponse, Shūeisha s’est tournée vers la distribution numérique pour tenter de toucher un public plus large au travers de la librairie en ligne Jump Book Store en 2012 puis au travers du Shōnen Jump+ en 2014. Le Shōnen Jump+ est une plateforme en ligne qui permet aux utilisateurs d’acheter des versions numériques des tomes de mangas du Jump et une version numérique du Weekly Shōnen Jump. Si vous savez déjà ce qu’est MANGA Plus, cette définition ne devrait pas vous être inconnue d’ailleurs.

En effet, MANGA Plus est une plateforme de lecture de mangas en ligne et une application mobile appartenant à Shūeisha. Shūhei Hosono, éditeur en chef du Shōnen Jump+ et de MANGA Plus, a, à peu près, déclaré : « je suis au courant des nombreux lecteurs de mangas à l’étranger et je veux apporter des mangas à plus de gens dans le monde ». Les pourparlers sur un lancement d’une version mondiale sont entamés en 2017, et se sont concluent par le lancement de Manga Plus le 28 janvier 2019. Le service a été mis à la disposition dans tous les pays sauf en Chine, en Corée du Sud et au Japon, ces derniers disposant de leurs propres services distincts. Propres services dont nous avons parlé plus tôt, notamment avec le Shōnen Jump+.

MANGA Plus publie les traductions en anglais des nouveaux chapitres de mangas en cours de publication dans le Weekly Shōnen Jump. Mais nous pouvons également soulever la présence de mangas venant du Shōnen Jump+, du Jump Square, du Weekly Young Jump et du V Jump. Et pour son fonctionnement, nous pouvons soulever qu’une majorité des mangas présents sur MANGA Plus n’ont que leurs trois premiers chapitres et les trois chapitres les plus récents disponibles gratuitement en raison des licences détenues par les éditeurs locaux.

À son lancement, la seule langue disponible de la plateforme était l’anglais. Elle est suivie d’une version en espagnol lancée le 25 février 2019, mais avec un catalogue différent de mangas. Hosono avait tout de même déclaré qu’ils n’ont pas planifié de versions dans d’autres langues mais qu’elles pourraient être ajoutées à l’avenir si la demande était suffisante. Toutefois, Shūeisha met en ligne une version en thaï de la plateforme en décembre 2019 pour la Thaïlande, le Cambodge et le Laos. L’Indonésie se voit également doté d’une version en indonésien de Manga Plus à partir de février 2021.

Ce lancement était la première fois que Shūeisha avait étendu un service directement à l’échelle mondiale. Et pourtant, même si j’ai l’impression que nous avons bien brassé le sujet, il manque un pays que j’estime comme important dans la liste que nous venons de conclure.

Arrivée en France

Enfin, nous arrivons à ce qui nous intéresse aujourd’hui. En effet, la version française de MANGA Plus est lancée le 26 septembre 2021 (ça va, ça ne fait que six mois, je m’en sors bien) et propose huit titres : One Piece, My Hero Academia, Mashle, Kaiju No. 8, Undead Unluck, Jujutsu Kaisen, Mission : Yozakura Family et Black Clover.

Finalement, je me suis intéressé à sept d’entre eux puisque Kaiju No. 8 ne sort pas le même jour, pas au même rythme et qu’il est publié directement dans le Shōnen Jump+. Il n’y a pas de vraies raisons en fait. Juste je l’ai écarté.

En tout cas, l’arrivée de MANGA Plus en France a permis de rendre heureux de nombreux lecteurs de mangas, sans aucun souci. « Je ne veux pas lire sur MANGA Plus car ça tue la hype, que les traductions sont éclatées au sol, que je ne peux pas attendre deux jours, ou que je vais mourir de spoil. » Ah oui, quand même. Il va peut-être falloir revenir sur quelques éléments alors.

Commençons par parler du problème de la hype. Selon ma pote la rousse, « hype » fait référence à ce qui est à la pointe de la mode, ce qui crée la nouvelle tendance. Mais donc, quel est le rapport avec le fait de pouvoir lire de bonnes histoires sur une application ou un site dédié à ça ? Je pense que c’est juste à nous, lecteurs, de créer cette « hype » en parlant des œuvres qui nous touchent, qui nous font vibrer et en en parlant mieux qu’avec quelques « masterclass ce chapitre » et quelques photos qui dévoilent les seuls éléments réussis des chapitres. Et en plus, c’est le fait qu’il y ait des personnes qui n’aient pas fait la transition de leur moyen de lecture à MANGA Plus qui crée ce décalage de « hype », le but est donc de les faire venir à nous plutôt que de les rejoindre car si cela vous importe, c’est là où il y a la majorité des lecteurs qu’il y aura la « hype ».

Ensuite, nous avons le problème des traductions. Encore une fois, selon le Larousse, traduction fait référence à l’énonciation dans une autre langue de ce qui a été énoncé, en conservant les équivalences sémantiques et stylistiques. Alors, à nouveau, je ne suis pas sûr que cela empêche de ressentir la grandeur de l’œuvre et de l’histoire qu’on est en train de lire notamment car il s’agit de plaintes car des noms de personnages ou d’attaques sont traduits. C’est vrai que c’est étrange de traduire des noms qui sont des jeux de mots afin d’avoir l’expérience la plus proche de l’originale possible. Et c’est d’autant plus bizarre de traduire des noms d’attaque pour éviter qu’on ait des chapitres remplis d’action où il n’y a rien à lire. Je ne pense pas spécialement qu’un fonctionnement soit meilleur qu’un autre entre traduire ces éléments ou placer des astérisques pour les expliquer mais il s’agit donc d’un problème de préférence et d’habitude et donc aucunement d’un problème.

Puis, nous avons le problème de l’attente de deux jours entre les premières sorties de chapitre et leur arrivée sur MANGA Plus. Déjà, les chapitres sur cette offre légale apparaissent en même temps qu’au Japon et un jour avant le Weekly Shonen Jump en physique quand même. Et puis cet écart ne se ressent qu’une fois. C’est-à-dire que tu fais la transition en attendant deux jours et une semaine puis tu auras à nouveau le rythme d’un chapitre par semaine. Et surtout, encore une fois, nous revenons à nouveau vers le problème de « hype » soulevé plus tôt puisque ceci n’a vraiment rien à voir avec la qualité intrinsèque des œuvres disponibles à la lecture.

Enfin, nous arrivons au problème des divulgâchis. Pour cette partie j’ai une pensée pour un ami avec qui on ne peut pas parler de Pokémon Arceus par exemple, puisqu’il ne veut RIEN savoir sur le jeu. Pas le fait que nous arrivons à la fin d’une zone car après il connaitrait sa taille, pas le fait qu’il y ait de la neige dans une des zones, rien du tout. Sinon, il ne peut pas profiter du jeu. C’est une philosophie avec laquelle j’ai vraiment du mal, même pour le sujet qui nous intéresse aujourd’hui car je persiste et je signe « une œuvre qui n’a plus d’intérêt une fois divulgâchée n’est pas une bonne œuvre donc ce n’est vraiment pas grave ». Mais effectivement, la volonté de divulgacher les chapitres entiers dans la seconde qui suit leur sortie me perturbe grandement mais le problème n’a là rien à voir avec MANGA Plus. Prenez garde à vous et protégez vous du divulgâchis mais ne faites pas retomber ces problèmes sur cette très jolie offre, s’il vous plait.

Tiens d’ailleurs c’est étrange, la plupart des soucis que je viens de soulever ne sont liés qu’à un seul des sept mangas concernés. J’espère pour lui qu’il n’a rien à se reprocher au niveau de son histoire, sinon ça fera beaucoup pour une seule œuvre.

D’ailleurs, saviez vous que MANGA Plus avait une réelle utilité et qu’il était important de s’en servir, en plus de son côté légal (ce qui devrait être un argument non négligeable) et du fait qu’il n’y ait pas de problèmes avec cette proposition (du moins pas les quatre qui reviennent le plus) ? En effet, Yuta Momiyama, un éditeur de Shūeisha qui supervise Manga Plus et Shonen Jump +, a dit « Le classement de MANGA Plus a un impact sur les chances qu’une série obtienne un anime. ». MANGA Plus donne effectivement à Shūeisha des données clés qu’il a plus de mal à obtenir de ses magazines imprimés, c’est-à-dire qu’ils savent ainsi précisément qui lit quoi et où. Informations qui sont transférées aux studios d’adaptations. Et compte tenu de l’importance du marché international dans l’anime, la portée mondiale de MANGA Plus est un gros plus pour ces informations.

Pendant la longue écriture de cet édito, je vous ai demandé sur Twitter quels problèmes vous aviez, personnes avec du goût, avec MANGA Plus. Suivez moi sur Twitter pour participer à mes travaux plus de deux mois avant qu’ils sortent, bordel, que je suis lent. Et SunRead26, suivez la sur Twitter et WordPress, a soulevé le fait que cela ne sert à rien pour découvrir les œuvres à moins d’être un lecteur de scans et donc d’avoir avoir été dans l’illégalité. Tout d’abord, cela sera utile quand les œuvres qui viennent de démarrer feront leur apparition puisqu’on pourra les suivre dès le départ. Et ensuite, c’est une remarque qui est totalement vraie et que vous avez peut-être eue vous aussi. Car vous n’êtes pas aussi bizarre que moi qui ait suivi des œuvres en ne lisant que les trois premiers chapitres puis le dernier chapitre sorti. Et pourtant, ce n’est pas ça qui joue dans mon appréciation des œuvres comme nous le verrons après. Et justement, comme nous avons, SunRead et moi, une influence multinationale, il a été annoncé le 30 janvier 2022 que l’intégralité des chapitres sortis sur MANGA Plus sont disponibles à la lecture. En anglais et une seule fois, certes, mais cela permet de se mettre à jour et de suivre des œuvres de qualité en cours dans le Weekly Shonen Jump.

Et en parlant de ce qui s’est passé pendant que j’écris ces lignes, The Elusive Samurai, nouveau manga de Yūsei Matsui, auteur de Neuro le mange-mystères et d’Assassination Classroom, a rejoint MANGA Plus le 20 décembre 2021. Mais il y a aussi eu Sakamoto Days de Yūto Suzuki le 23 janvier 2022.

Mais avant de nous intéresser à ces deux nouveaux arrivés l’année prochaine, regardons plutôt ce que j’ai pensé des chapitres offerts par les sept mangas disponibles sur MANGA Plus sur 2021.

Top 7 mangas 2021

Grâce à MANGA Plus, j’ai lu tous les chapitres disponibles en français le dimanche et je les ai classés chaque semaine du Jump numéro 45 du 11 octobre 2021 au numéro 52 du 29 novembre 2021. Evidemment, les classements et les avis n’appartiennent qu’à moi, à mon contexte et à mes expériences passées donc n’hésitez pas à me partager le vôtre si vous l’avez ou à m’insultez si vous n’êtes pas d’accord évidemment.

7 – Mashle : Magic and Musles (moyenne de 5,57)

Informations

Au scénario et au dessin de Mashle : Magic and Musles, que je vais évidemment appeler Mashle à partir d’ici, nous retrouvons Hajime Komoto dont il s’agit du premier manga. L’éditeur japonais sera constamment Shūeisha aujourd’hui, tout comme la prépublication viendra toujours du Weekly Shonen Jump et le manga du Japon, donc je ne le préciserai plus pour les œuvres suivantes, merci de votre compréhension. Il s’agit donc d’une comédie fantastique, fantastique comme le fait d’être liée à la fantaisie, pas comme la qualité (oh non), ayant vu le jour en 2020. Et c’est disponible en France chez Kaze Manga en étant traduit par Silvestre Jean-Benoit.

Mashle a été absent une fois sur les huit semaines que j’ai pu lire. Son meilleur classement fut, pour moi, quatrième la toute derniere semaine et son pire fut la septième place dans le numéro 49 qui était le premier et l’avant-dernier numéro où il y avait sept mangas en lices.

Mais qu’est-ce que ça raconte ?

Synopsis

Dans un monde où la magie fait loi, il était une fois Mash Burnedead ! Élevé au fin fond de la forêt, le jeune garçon partage ses journées entre séances de musculation et dégustation de choux à la crème. Mais un jour, un agent de police découvre son secret : il est né sans pouvoirs magiques, ce qui est puni de mort ! Pour survivre, il va devoir postuler à Easton, une prestigieuse académie de magie, et en devenir le meilleur élève… La magie n’a plus qu’à bien se tenir : avec sa musculature affûtée et sa force hors du commun, Mash compte bien pulvériser tous les sorts et briser les codes de cette société !

Et donc

Je connaissais Mashle de nom car je traine quand même un petit peu sur les différents médias qui parlent de mangas. Mais je n’y avais aucunement touché, pas la moindre page, et je ne suis même pas sûr que je connaissais vraiment le synopsis, hormis le fameux « One Punch-Man dans Harry Potter mdr ou quoi ». Ainsi, grâce à MANGA Plus, j’ai lu les chapitres 1 à 3, puis les chapitres 81 à 87 qui sont ceux qui nous intéressent aujourd’hui.

Ces chapitres appartiennent tous au Tri-Magic-Athalon Divine Visionary Final Exam Arc, que l’on peut évidemment traduire par Arc d’examen final visionnaire de Tri-Magic-Athalon. Je ne connais pas le nom officiel de cet examen en fait car je suis arrivé en plein milieu, oups. Cet arc narratif a commencé au chapitre 75 et ceux qui nous intéressent aujourd’hui appartiennent tous à celui-ci. Et en gros, nous sommes face à un examen pour obtenir un titre important au sein de l’école avec des affrontements entre élèves.

Et finalement, nous sommes face à quelque chose de plutôt étrange avec ce mélange de tons que je ne trouve pas forcément juste. En effet, Mash et d’autres personnages ne prennent rien au sérieux et sont censés apporter un humour impressionnant par leur décalage mais cela ne me fait pas rire. Et cela me fait encore et toujours moins rire puisque c’est la même blague qui tourne en boucle malheureusement. Et à côté de ça, nous avons de vrais combats, avec de vrais pouvoirs, avec de vraies histoires dramatiques pour les antagonistes et quand on se concentre uniquement sur ça, les chapitres ne sont pas désagréables. En effet, par son humour que je ne trouve aucunement drôle et qui écrase un peu des éléments que je trouve plus intéressants, Mashle se retrouve souvent coincé dans les dernières places de mon classement. Pourtant, quand Mash est écarté des cases (oh oui !) ou quand c’est un peu plus sérieux, Mashle arrive à se débattre un peu et à glaner quelques places car l’auteur arrive bien à reprendre des éléments intéressants par-ci, par-là.

J’ai quand même hâte de voir la suite, notamment en arrivant au début d’un nouvel arc parce qu’arriver juste après l’introduction d’un arc narratif, ça n’aide pas vraiment. Quand bien même ce n’est pas l’élément que met le plus en avant cette œuvre. En tout cas, un coup de baguette magique ou un peu de musculation pour gonfler les muscles ne pourrait pas faire de mal à cette lecture.

6 – Black Clover (moyenne de 5,50)

Informations

Au scénario et au dessin de Black Clover, nous retrouvons Yuki Tabata dont il s’agit du premier manga. Il s’agit donc d’une aventure fantastique, toujours par rapport à la fantaisie hein, ayant vu le jour en 2014. Et c’est disponible en France chez Kaze Manga en étant traduit par Sylvain Chollet.

Black Clover n’a pas été absent une seule fois sur les huit semaines que j’ai pu lire. Son meilleur classement fut quatrième dans le numéro 48 et son pire fut la septième place dans le numéro 51 qui était le deuxième et le dernier où il y avait les sept mangas en lices.

Mais qu’est-ce que ça raconte ?

Synopsis

Yuno et Asta sont deux jeunes héros ayant le même rêve : celui de devenir le prochain Empereur Mage du royaume de Clover, grâce à la puissance te omniprésence de la magie. Meilleurs amis et élevés côte à côte depuis leur plus tendre enfance, nos deux héros sont pourtant radicalement différents, puisque si Yuno est naturellement surdoué pour la magie, Asta est lui a priori incapable de la manipuler. C’est ainsi que lors de la cérémonie d’attribution de leur grimoire à l’école des mages, Yuno reçoit le légendaire grimoire au trèfle à quatre feuilles tandis qu’Asta, lui, repart bredouille de son examen. Mais très vite, un ancien et mystérieux ouvrage noir décoré à cinq feuilles surgit devant lui ! Un grimoire d’anti-magie qui pourrait bien réserver un avenir plein d’aventures à notre jeune héros, qui va vite devoir composer avec son destin hors du commun.

Et donc

Je connais Black Clover puisque je suis à jour sur la parution française depuis qu’on est aux alentours du tome 10 ou 12 je pense. Je l’ai d’abord trouvé classique au possible et juste à peine gentil, puis plutôt très agréable du sanctuaire englouti aux chevaliers royaux, et très TRÈS maladroit et oubliable depuis. Ainsi, grâce à MANGA Plus, j’ai lu les chapitres 308 à 315 qui sont ceux qui nous intéressent aujourd’hui.

Ces chapitres appartiennent tous au Spade Kingdom Raid Arc, que l’on peut traduire par Arc Raid au Royaume de Spade. Cet arc narratif a commencé au chapitre 261 et ceux qui nous intéressent aujourd’hui appartiennent tous à celui-ci. Et en gros, les Royaumes de Clover et de Heart organisent leurs forces pour attaquer le Royaume de Spade et récupérer les capitaines et la princesse capturés, ainsi que pour arrêter la Triade Sombre qui veulent libérer les démons sur le continent. Et là, je pense que nous « approchons » de la conclusion.

Oh que ça me fait rire de voir Black Clover n’avoir que 0,07 points de moyenne en moins que Mashle. En effet, celui-ci avait un problème avec son ton mais fonctionne à peu près quand il est plus sérieux. Black Clover n’a aucun problème de ton mais fonctionne vraiment moins bien sur moi que Mashle quand il est totalement sérieux. Je trouve que Black Clover ne brille vraiment pas avec des arcs narratifs longs maintenant qu’il a déjà mis en place et qu’ils ne bougent plus du tout. Voilà pourquoi nous nous trouvons avec de nombreux chapitres qui sont très semblables qui s’enchainent. Nous avons un peu de combat, pas particulièrement recherché, une fin sur une page classe ou quelque chose qui donne envie, mais qui mène juste à nouveau au début de ces deux étapes. Que j’ai hâte d’arriver dans les derniers moments de cet arc narratif pour enfin voir vraiment où l’auteur voulait en venir avec, ainsi que pour voir vers quoi il va se diriger ensuite.

5- Mission : Yozakura Family (moyenne de 4,13)

Informations

Au scénario et au dessin de Mission : Yozakura Family, que je vais appeler MYF pour plus de confort, nous retrouvons Hitsuji Gondaira dont il s’agit du premier manga. Il s’agit donc d’une comédie d’aventure ayant vu le jour en 2019. Et c’est disponible en France chez Kana en étant traduit par Frédéric Malet.

MYF n’a pas été absent une seule fois sur les huit semaines que j’ai pu lire. Son meilleur classement fut troisième dans les numéros 45, 46 et 49 et son pire fut la sixième place dans le numéro 52 qui ne contenait que six mangas.

Mais qu’est-ce que ça raconte ?

Synopsis

Après la classe d’assassins, la famille d’espions ! Afin de protéger Mutsumi et de découvrir la véritable raison de la mort de ses parents, Taiyo Asano va devoir devenir membre de la famille Yozakura, une famille d’espions de haut vol ! Parviendra-t-il à survivre à ce quotidien plein de dangers pour, cette fois, réussir à protéger ceux qui lui sont chers ?

Et donc

Je connaissais MYF de nom car je traine quand même un petit peu sur les différents médias basés sur les mangas. Mais je n’y avais aucunement touché, pas la moindre page et je ne suis même pas sûr que je connaissais vraiment le synopsis. Attends, j’ai comme une impression de déjà-vu. Ainsi, grâce à MANGA Plus, j’ai lu les chapitres 1 à 3, puis les chapitres 101 à 108 qui sont ceux qui nous intéressent aujourd’hui.

Ces chapitres appartiennent pour ceux du 101 au 103 au Kawashita Interrogation Arc qu’on peut traduire par Arc interrogatoire de Kawashita. Cet arc a commencé au chapitre 98 et en dure 7. Et en gros, il se passe des choses hyper importantes sur notre famille principale et ce n’est vraiment pas un truc logique du tout pour démarrer. Et les chapitres 104 à 108 appartiennent au Yozakura Roots Arc qu’on peut traduire par Arc racines des Yozakura. Cet arc a donc commencé au chapitre 104 et en dure 13. Et en gros, notre famille part à la recherche de ses racines. Ah mais c’est pour ça qu’il se nomme comme cela alors.

Nous gagnons directement 1,37 points de moyenne, c’est beau. Je suis arrivé en plein milieu d’éléments importants pour tous les personnages principaux alors même si j’ai trouvé ça très bien trouvé, j’étais très légèrement perdu. Et depuis, nous sommes sur des chapitres très légers avec de l’humour qui ne fonctionne pas plus sur moi que celui de Mashle même s’il se répète moins. Heureusement, il y a des petits messages mignons à la fin de certains qui lui permet de sauver un peu mes lectures. Je suis donc très mal placer pour juger l’œuvre ainsi mais j’ai vraiment hâte que le prochain arc narratif démarre vraiment car l’œuvre a quand même l’air bien puissante quand elle se lance.

4 – One Piece (moyenne de 3,67)

Informations

Au scénario et au dessin de One Piece nous retrouvons Eiichiro Oda dont il s’agit du premier manga. Il s’agit donc d’une aventure fantastique ayant vu le jour en 1997. Et c’est disponible en France chez Glénat en étant traduit par Djamel Rabahi et Julien Favereau.

One Piece a été absent deux fois sur les huit semaines que j’ai pu lire. Son meilleur classement fut troisième dans les numéros 47,48 et 52 et son pire fut la cinquième place dans le numéro 49.

Mais qu’est-ce que ça raconte ?

Synopsis

Nous sommes à l’ère des pirates ! Luffy, un garçon espiègle, rêve de devenir le roi des pirates en trouvant le « One Piece », un fabuleux et mystérieux trésor. Mais, par mégarde, Luffy a avalé un jour un « fruit magique du démon » qui l’a transformé́ en homme caoutchouc. Depuis, il est capable de contorsionner son corps élastique dans tous les sens, mais il a perdu la faculté́ de nager, le comble pour un pirate ! Au fil d’aventures toujours plus rocambolesques et de rencontres fortuites, Luffy va progressivement composer son équipage et multiplier les amitiés avec les peuples qu’il découvre, tout en affrontant de redoutables ennemis.

Et donc

Ah la voilà l’œuvre qui m’oblige à défendre MANGA Plus face à des accusations qui n’ont strictement aucun sens. Heureusement qu’elle est absolument parfaite puisque qu’elle est classée à la première position numéro quatre.

Je connais étonnamment One Piece puisque je suis à jour sur la parution française depuis qu’on est aux alentours du tome 65, soit quand j’avais 12 ans. Il y a bientôt 10 ans maintenant. Je suis si vieux. C’est peut-être normal que mon avis pour One Piece ait bien changé en fait. On est passé de mon œuvre préféré du début à l’arc Punk Hazard avec des énormes coups de cœur pour Gaimon, Skypea et Thriller Bark. Et depuis, j’ai lu d’autres œuvres dans lesquelles je me retrouve plus et je suis moins convaincu par les arcs en cours, ce qui change bien des choses. Ainsi, grâce à MANGA Plus, j’ai lu les chapitres 1028 à 1033 qui sont ceux qui nous intéressent aujourd’hui.

Ces chapitres appartiennent tous au Wano Country Arc, que l’on peut traduire par Arc Pays des Wa. Cet arc narratif a commencé au chapitre 909 et est toujours en cours, depuis trois ans et neuf mois, j’ai envie de mourir ! Donc ceux qui nous intéressent aujourd’hui appartiennent tous à celui-ci. Et en gros, nous avons la fameuse alliance ninja-pirate-mink-samouraï qui s’attaque à l’équipage aux cent bêtes et nous somme au moment du raid final sur Onigashima depuis belle lurette. Mais d’après mon excellente analyse, et le fait qu’il reste de moins en moins de gros adversaires, nous nous approchons enfin vraiment de sa conclusion.

Nous gagnons à ce moment-là 0,46 points et nous arrivons pile au milieu du classement. Et malheureusement, je trouve cela plutôt moyen, ce qui est cohérent niveau placement mais ce qui est dommage niveau plaisir de lecture. Déjà, ce que j’aime dans One Piece, c’est l’aventure et l’exploration comme le laisse penser les deux arcs que je vous ai cité tout à l’heure comme mes préférés. Et c’est sûr que les guerres est ce que j’aime totalement le moins dans One Piece comme le laisse penser l’arc que j’apprécie le moins et que je vais éviter de citer pour ne pas me faire rouler dessus par les fanatiques de One Piece. Attends, je les ai déjà beaucoup asticotés aujourd’hui car je suis très subversif. C’est totalement Marineford, bouh ! Bref, vu comment cet arc démarrait maladroitement tant il y avait de personnages en présence et de toutes petites histoires mais que rien n’avançait réellement d’un tome à l’autre, je ne me faisais pas d’espoir du tout pour ce raid final. Et j’avais bien raison car je ne retire que très peu de choses après chaque chapitre vu qu’ils ne nous présentent que les combats les plus importants de cet arc. Mais même avec ceci, je trouve les chapitres longs à cause de ces changements de focus toutes les deux pages qui alourdissent vraiment la lecture au plus haut point.

Vivement que cette longue bataille arrive à son terme car j’ai plus que hâte de voir tous les remous qu’il va y avoir dans le monde de One Piece après ces événements. Et surtout, j’espère que la suite sera un peu moins dense et un peu moins longue à chaque arc même si j’y crois peu car il y a trop d’éléments en suspens et plus assez d’arcs. À voir.

3 – Jujutsu Kaisen (moyenne de 2,80)

Informations

Au scénario et au dessin de Jujutsu Kaisen, nous retrouvons Gege Akutami dont il s’agit du premier manga. Il s’agit donc d’une aventure fantastique, cette fois il s’agit toujours de la fantaisie mais également un peu de la qualité, ayant vu le jour en 2018. Et c’est disponible en France chez Ki-oon en étant traduit par Fédoua Lamodiere.

Jujutsu Kaisen a été absent trois fois sur les huit semaines que j’ai pu lire. Son meilleur classement fut deuxième dans les numéros 47 et 49 et son pire fut la quatrième place dans le numéro 46.

Mais qu’est-ce que ça raconte ?

Synopsis

Chaque année au Japon, on recense plus de 10 000 morts inexpliquées et portés disparus. Dans la majorité des cas, ce sont les sentiments négatifs des êtres humains qui sont en cause. Souffrance, regrets, humiliation : leur accumulation dans un même endroit provoque des malédictions souvent fatales…

C’est ce que va découvrir à ses dépens Yuji Itadori, lycéen et membre du club de spiritisme. Il ne croit pas aux fantômes, mais sa force physique hors du commun est un précieux atout pour les missions du groupe… jusqu’à ce que l’une d’elles tourne mal. La relique qu’ils dénichent, le doigt sectionné d’une créature millénaire, attire les monstres ! Le jeune homme n’hésite pas une seconde : il avale la relique pour conjurer le mauvais sort !

Le voilà possédé par Ryomen Sukuna, le célèbre démon à deux visages. Contre toute attente, Yuji réussit à reprendre le contrôle de son corps. C’est du jamais vu ! Malgré tout, il est condamné à mort par l’organisation des exorcistes… Une sentence qui ne pourra être repoussée qu’à une seule condition : trouver et ingérer tous les doigts de Sukuna afin d’éliminer la menace une fois pour toutes. Et pour ça, l’adolescent va devoir s’initier à l’art occulte et mystérieux de l’exorcisme !

Et donc

Je connais Jujutsu Kaisen notamment grâce au fait que je possède un tee-shirt de ce manga. J’ai déjà lu les cinq premiers tomes ainsi que le tome zéro et je ne me suis pas attaché assez pour que cette œuvre survive dans mon cœur et dans mes lectures par rapport aux autres. Sauf avec le tome zéro que je trouve tout bonnement excellent. Mais je n’étais vraiment pas contre l’idée d’en lire plus de manière gratuite et légale. Ainsi, grâce à MANGA Plus, j’ai lu une nouvelle fois les chapitres 1 à 3, puis j’ai découvert les chapitres 162 à 166 qui sont ceux qui nous intéressent aujourd’hui.

Ces chapitres appartiennent tous au Tokyo No. 1 Colony Arc que nous pouvons traduire par Arc de la colonie numéro 1 de Tokyo. Cet arc a commencé au chapitre 159 et en dure 15. Et en gros, Yuji et ses compagnons se sont enfin lancés dans la Traque Meurtrière, une bataille royale dangereuse entre exorcistes nouvellement éveillés, afin de trouver un moyen de sauver Tsumiki et Satoru. De nombreux autres exorcistes, nouveaux et anciens, commencent quant à eux à agir. Il est donc sûr d’une chose… les affrontements se déroulant dans les arènes s’annoncent sanglant.

Nous gagnons maintenant 0,87 points et nous offrons la médaille de bronze. Que c’est plaisant d’arriver pile au tout début d’un nouvel arc narratif. Je ne connais forcément pas tous les personnages importants de Jujutsu Kaisen mais je connais les deux personnages principaux de ce nouvel arc. Nous avons donc un jeu de survie avec beaucoup d’affrontements qui se tiennent sur quelques chapitres. Nous avons quelques nouveaux personnages soit très hauts en couleurs, soit très mornes et tous les nouveaux fonctionnent très bien. Je pense notamment à leurs pouvoirs qui sont vraiment excellents, qui sont bien montrés et qui apportent des affrontements orignaux et intéressants. Je n’en retire pas grand-chose non plus car il s’agit de 6 chapitres plutôt classiques au début d’un arc. Mais la construction permet de vraiment s’attacher et de prendre un gros plaisir à la lecture de ces chapitres. J’ai vraiment beaucoup adhéré, comme le bigorneau adhère au rocher, au personnage de l’avocat qui a une façon de voir les choses assez complexes et des pouvoirs qui correspondent vraiment parfaitement à son caractère. Il s’agit sans doute de mon personnage préféré de tous les chapitres de 2021 dont nous parlons aujourd’hui. Enfin pour l’instant.

2 – My Hero Academia (moyenne de 1,86)

Informations

Au scénario et au dessin de My Hero Academia nous retrouvons Kohei Horikoshi dont il s’agit du troisième manga après Crazy Zoo annulé en 5 tomes et Barrage annulé en 2 tomes. Il s’agit donc d’une aventure fantastique, on va arrêter avec cette blague puisqu’il s’agit des deux sens du mot maintenant, ayant vu le jour en 2014. Et c’est disponible en France chez Ki-oon en étant traduit par David Le Quere.

My Hero Academia a été absent une fois sur les huit semaines que j’ai pu lire. Son meilleur classement fut premier dans les numéros 45,50 et 51 et son pire fut la quatrième place dans le numéro 46.

Mais qu’est-ce que ça raconte ?

Synopsis

Dans un monde où 80 % de la population possède un super‑pouvoir appelé alter, les héros font partie de la vie quotidienne. Et les super‑vilains aussi ! Face à eux se dresse l’invincible All Might, le plus puissant des héros ! Le jeune Izuku Midoriya en est un fan absolu. Il n’a qu’un rêve : entrer à la Hero Academia pour suivre les traces de son idole.

Le problème, c’est qu’il fait partie des 20 % qui n’ont aucun pouvoir…

Son destin est bouleversé le jour où sa route croise celle d’All Might en personne ! Ce dernier lui offre une chance inespérée de voir son rêve se réaliser. Pour Izuku, le parcours du combattant ne fait que commencer !

Et donc

Je connais étonnamment My Hero Academia puisque je suis à jour sur la parution française depuis qu’on est aux alentours du tome 1. Bon en fait je mens, je me souviens parfaitement être parti en vacances avec les deux premiers tomes directement après la parution de ceux-ci. Mon avis n’a pas beaucoup bougé même s’il s’améliore constamment car il n’y a aucun arc que je trouve inintéressant. Sauf l’arc narratif de l’entraînement commun qui m’ennuie plus que tout au monde, plutôt découvrir que je n’ai pas d’alter plutôt que de lire cet arc narratif. Oh… En revanche, il y a beaucoup d’arcs et d’éléments que je retiens. Ainsi, grâce à MANGA Plus, j’ai lu les chapitres 329 à 335 qui sont ceux qui nous intéressent aujourd’hui.

Ces chapitres appartiennent, pour les chapitres 329 à 334, au Star and Stripe Arc qu’on peut traduire par Arc d’étoiles et de rayures. Mais qu’on ne traduira jamais comme ça car il s’agit d’un nom propre sans aucun jeu de mot. Cet arc dure d’ailleurs pile sur ces chapitres là, soit 6 chapitres. Et en gros, alors que le corps de Tomura Shigaraki est presque complet, All Might demande l’aide immédiate des Héros étrangers. La numéro 1 des États-Unis, Star and Stripe, arrivant pour aider à vaincre le vilain. Mais « Tomura » est prêt à riposter, et à tout pour accomplir le prochain but de All For One : voler son alter, New Order. Et le chapitre 335 appartient à l’arc actuel dont aucun nom n’a encore été trouvé. Et en gros, les pièces sont en place et la Classe 1-A et le reste des Héros se préparent pour le dernier combat pour faire tomber All For One, Tomura Shigaraki, et les restes de la Ligue des Méchants/Front de Libération Paranormale pour de bon. Cependant, les choses se compliquent quand le légendaire traître de U.A. émerge soudainement…

Quel plaisir d’être sur une œuvre que je connais parfaitement, comme One Piece et Black Clover. Mais ici, il ne s’agit pas d’un arc narratif bien trop long, surtout par rapport à ce qu’il a à raconter. Quel plaisir immense d’avoir un arc narratif court que je peux lire d’une traite grâce à ce minutage bien heureux. Nous avons des éléments importants sur le coup, qu’on a totalement oublié depuis (oui, j’ai pu lire quelques chapitres de plus entre temps) et qui reviendront au moment opportun. On a une vraie violence visuelle et dans la confrontation, on a une nouvelle réflexion sur ce qu’est un vrai héros, merci les héros professionnels pour ça. Et puis cet arc narratif est vraiment important pour voir où en sont les vilains avant le grand final pendant que l’arc précédent permettait de faire de même avec les héros, et rien que pour ça, je ne pouvais passer un moment désagréable. Certes, l’œuvre fut aidée par l’importance des chapitres qui ont composé les semaines que je peux juger, mais c’est vraiment une œuvre que je trouve importante à suivre. Il y a eu beaucoup de moment en dehors des fils rouges, où les personnages secondaires disparaissaient et c’est agréable de voir les quelques défauts être vraiment écrasés dans ces chapitres. Je veux la suite. Maintenant !

1 – Undead Unluck (moyenne de 1,38)

Informations

Au scénario et au dessin de Undead Unluck nous retrouvons Yoshifumi Tozuka dont il s’agit du premier manga. Il s’agit donc d’une œuvre du genre fantastique, oh que c’est la qualité putain, et suspens ayant vu le jour en 2020. Et c’est disponible en France chez Kana en étant traduit par Rodolphe Gicquel.

Undead Unluck n’a pas été absent une seule fois sur les huit semaines que j’ai pu lire. Son meilleur classement fut premier dans les numéros 46 à 49 et 52 et son pire fut la deuxième place dans les numéros 45, 50 et 51.

Mais qu’est-ce que ça raconte ?

Synopsis

Alors que Fûko, une jeune fille introvertie, est déterminée à se donner la mort, un homme immortel complètement déjanté apparaît devant elle. Il s’agit d’un Undead qui souhaite rester avec elle dans le but de se servir du mauvais sort qui frappe tous ceux qui entrent en contact avec la peau de la jeune fille afin de mourir.

Cependant, ils vont très vite subir les attaques des membres d’une mystérieuse organisation répondant au nom de « l’Union » …

Et donc

Je connaissais Undead Unluck de nom car je traine quand même un petit peu sur les différents médias basés sur les mangas et que je suis le travail de quelqu’un qui en parle UN TOUT PETIT PEU (pensées pour Amano. Suivez le sur Twitter et Youtube). Mais je n’y avais aucunement touché, pas la moindre page et je ne suis même pas sûr que je connaissais vraiment le synopsis. Ainsi, grâce à MANGA Plus, j’ai lu les chapitres 1 à 3, puis les chapitres 82 à 89 qui sont ceux qui nous intéressent aujourd’hui.

Ces chapitres appartiennent tous au Spring Arc qu’on peut traduire par Arc de printemps. Oh que c’est plaisant de traduire les noms propres, en voilà encore une belle défense pour un des points que je soulevais il y a quelques temps. Cet arc a commencé au chapitre 68 et en dure 26. Et en gros, avec Summer vaincu, la pleine puissance de Winter est réalisée et tuera une majorité de la population si elle n’est pas éliminée. Fûko est alors mise face à un dilemme entre ce danger, Andy et l’Union.

Et je ne sais quels maléfices ont été utilisés par Yoshifumi Tozuka mais j’ai été entièrement happé par cette œuvre alors que j’avais un vide de 80 chapitres à combler à l’aide de mes connaissances et que je suis arrivé en plein milieu des éléments les plus importants d’un arc narratif. En effet, j’avais raté les quatorze premiers chapitres de cet arc et je ne peux pas prendre en compte les quatre derniers chapitres non plus car ils appartiennent à 2022, ce qui n’est pas négligeable quand il en possède vingt-six au total. Mais rien que ce fragment d’histoire, que j’ai récupéré au détour de quelques dimanches, justifie largement tout le bien que je pense de cette offre légale et que j’ai exprimé dans la première partie de cet édito. Et même la seconde partie d’ailleurs, qui est plus poussive et moins intéressante puisque purement personnelle et courte, qui présente des oeuvres que je n’aime pas ou qui m’indiffèrent, trouve son sens par ma forte envie de parler d’Undead Unluck, de partager mon amour de cette œuvre et vous y intéresser je l’espère. Je ne m’en rendais pas compte jusqu’à ce point là de l’écriture mais c’est de ça dont je voulais vraiment parler car d’après mon très long voyage en temps que public, j’ai compris que c’est en étant passionné qu’on en devient passionnant. Je n’estime pas que je suis passionnant, loin de là, mais qu’est-ce que je suis heureux de pouvoir parler d’une œuvre avec qui j’ai vraiment réussi à créer un lien même si j’ai également dû parler de quelques œuvres plus éloignées de moi, mais nous y reviendrons dans la conclusion.

Enfin bref, nous avons assez tourné autour d’UNPOT, il est temps de s’incliner devant les huit chapitres de cette œuvre qui se démarque de bien des manières. Je ne suis que rarement intéressé par le style graphique des mangas que je lis car je suis un homme de narration, pas vraiment de style mais j’arrive tout de même à apprécier le fait que les dessins soient bien différents de ses collègues du Weekly Shonen Jump. En plus de cela, bien que ça ne sera pas le cas tout le temps, nous avons le droit à un affrontement important mais qui n’est pas un style duel d’art martial, un simple duel de pouvoir. Quel plaisir d’être surpris chaque semaine par les idées farfelues, qui s’enchaînent avec énergie mais qui créent un duel vraiment mémorable mais aussi une identité remarquable à Undead Unluck. Et en plus de ces qualités non négligeables, le meilleur manga disponible sur MANGA Plus arrive à atteindre ce que je recherche dans mes lectures, l’avancée des petites histoires des personnages qui leur apportent beaucoup, qui nous apportent beaucoup et qui font autant avancer l’univers que la narration globale. Et c’est vraiment dingue de retrouver et de ressentir tout ça sur aussi peu de chapitres et avec absolument aucune base de mon côté, ce qui démontre un vrai travail de construction.

Un travail de construction qui va nous mener à la conclusion de cet édito qui m’aura pris plus de temps que prévu.

Conclusion

Alors, si nous devions retracer notre travail de longue haleine du jour en quelques points, nous pourrions dire « Lisez vos chapitres sur MANGA Plus ! ». En étoffant un peu ceci, nous avons découvert les origines de cette offre légale. Ensuite, je vous ai partagé ma vision des défauts de cette œuvre que j’ai pu croiser sur la poubelle d’internet qui ne sont que de faux défauts qui cachent le seul vrai problème que Shûeisha aide à réduire. Un autre LÉGER problème vient de la façon de « consommer » ces œuvres. Lisez vos œuvres préférées avec des moyens qui les soutiennent, partagez vos expériences positives et aimez les œuvres que vous voulez. Je pense que c’est mieux de faire ça que de juste montrer les gros changements d’un chapitre à la seconde où il sort, que de cracher injustement sur des offres légales, d’utiliser un milliard de superlatifs pour pas grand-chose et tutti quanti.

Et ensuite, on a parlé des quelques chapitres disponibles sur MANGA Plus pour les Weekly Shonen Jump de 2021. Nous avons eu des oeuvres qui ont un réel souci de ton car elles se concentrent sur de la comédie qu’elles ne maitrisent aucunement. Il y a également eu des oeuvres qui sont oubliables car elles se répètent grandement par rapport à elles-mêmes ou par rapport aux autres et qui, à cause de cela, coincent leurs personnages dans des arcs narratifs trop longs dont le propos est trop diffus. Et pour finir, nous retrouvons aussi des oeuvres dont les arcs narratifs sont plus courts, ou toutes les actions entraînent des conséquences, ou les personnages sont le réel moteur de la narration autant en causes qu’en conséquences. Cela me fait rire de remarquer seulement maintenant que les trois niveaux bien distincts d’oeuvres que j’ai crée avec les sept à notre disposition sont toutes basées sur une utilisation différente des personnages et des idées originales au sein de la narration, un peu comme des faces différentes d’une même pièce, à trois faces. Voilà la façon par laquelle j’ai réussi, même quatre mois après ma lecture de ces chapitres, à créer une « hype » autour de ceux-ci, ma « hype ».

Et voilà enfin mon nouveau travail. Travail qui a effectivement pris plus de temps que prévu mais qui a aussi pris plus de réflexion que prévu donc c’est valide. J’espère qu’il vous aura intéressé et qu’il vous permettra quelques réactions, c’est surtout ça qui m’intéresse une fois ma réflexion première achevée. On se retrouve la prochaine fois pour la première itération d’un nouveau gros projet qui me traine dans la tête depuis décembre dernier. Mais au vu de ce qui est prévu, vous n’aurez pas de nouvelles de sitôt, donc cela viendra quand cela viendra. D’ici là, portez vous bien, faites vous plaisir, à Komorebientôt !

4 commentaires

  1. Très bonne article avec pas mal d’analyse (je t’avoue que j’ai quand même sauté quelques partie pour les séries que je ne lis pas).
    Manga plus est vraiment une bonne offre l’égal et je ne comprend pas ceux qui ralle sur la traduction.
    Le seul truc que je reproche (mais pas forcément la faute à la plateforme) c’est que pour certaine série (par exemple pour Undead Unluck) il manque pas mal de chapitre avec la sortie française pour être à jour sur les scans

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s