Cinéma #20 – Spider-Man : No Way Home

Défi calendrier de l’Avent : Jour 22 sur 24

Bonjour, bonsoir à tous, c’est Komorebi. J’ai découvert récemment Spider-Man : No Way Home et j’ai envie d’en parler. N’hésitez pas à passer une petite tête dans les commentaires, qu’importe pourquoi d’ailleurs. Allez, on accélère tout ça et on lance cet article.


Qu’est-ce que c’est ?

Réalisation : Jon Watts
Scénario : Chris McKenna, Erik Sommers
Musique : Michael Giacchino
Acteurs principaux : Tom Holland, Zendaya, Benedict Cumberbatch
Sociétés de production : Marvel Studios, Columbia Pictures, Pascal Pictures
Pays d’origine : États-Unis
Genre : super-héros
Durée : 148 minutes
Sortie : 2021

Série l’univers cinématographique Marvel
⬅️ Les Éternels (2021)
Doctor Strange in the Multiverse of Madness (2022) ➡️

Série Spider-Man
⬅️ Spider-Man: Far From Home (2019)

Il s’agit du 27e film de l’univers cinématographique Marvel et du 4e de la phase IV.

Révélée au CinemaCon de Las Vegas, la bande-annonce de Spider-Man: No Way Home a été vue 355,5 millions de fois dans le monde en 24 heures, soit nettement plus que les 289 millions de vues de la bande-annonce d’Avengers : Endgame, qui détenait le record jusque-là. C’est également beaucoup mieux que le second trailer de Spider-Man : Far From Home, qui avait lui atteint les 135 millions de vues au bout de 24 heures.

Avec une durée de 2h29, Spider-Man: No Way Home est le film consacré à l’homme-araignée le plus long.

Spider-Man: No Way Home est le film qui a signé le plus gros démarrage (le 15 décembre 2021) depuis le début de la pandémie avec 476 494 entrées. Il surpasse ainsi le record de Fast and Furious 9 et ses 468 862 tickets vendus, et devient même le plus gros démarrage hexagonal depuis Le Roi Lion de 2019 (630 478).

Pour la première fois dans son histoire cinématographique, Spider-Man, le héros sympa du quartier est démasqué et ne peut désormais plus séparer sa vie normale de ses lourdes responsabilités de super-héros. Quand il demande de l’aide à Doctor Strange, les enjeux deviennent encore plus dangereux, le forçant à découvrir ce qu’être Spider-Man signifie véritablement.


Ce que je n’ai pas aimé :

  • C’est très plat visuellement :

Comment on peut utiliser autant de moyens, financiers ou humains, et avoir aussi peu d’identité visuelle au final ? C’est une question qui m’a grandement tourmenté. Par exemple, les chorégraphies des affrontements sont ce qu’elles sont. Et ce n’est pas vraiment un point qui m’intéresse. Mais est-on obligé d’avoir trois des cinq combats du long-métrage dans la nuit la plus complète et donc avec aucun décors à montrer. Après, un de ces trois affrontements se fait dans un échafaudage géant donc même en lumière, nous n’aurions pas eu grand chose à voir ou à retenir. Les seules images que j’ai retenu pour ma part sont celles qui viennent totalement du film Docteur Strange puisque quand il se bat ou qu’il utilise ses pouvoirs, c’est le seul moment où il y a un peu de malice par l’image.. La géométrie c’est vraiment beau en fait. Et même quand le film fait une référence évidente à un des films Spiderman précèdent comme le laissait très largement voir la bande-annonce, ceci est fait sans lumière, sans prendre le temps de le montrer ou d’en faire quelque chose. Et c’est tellement dommage car c’est une des scènes que j’ai toujours en mémoire sans avoir vu le film Spiderman duquel elle est tirée depuis un certain temps. Je ne demande pas non plus de révolutionner le monde des images évidemment mais je ne serai clairement pas contre un travail plus approfondi pour embellir visuellement les scènes qu’on nous montre. Ainsi, elles arriveraient avec bien plus d’impact et ne seraient pas là juste parce qu’il faut bien qu’elles soient là et qu’on les traverse. Enfin, c’est surtout un problème vu tout ce qu’ils ont à disposition pour en faire quelque chose de remarquable. Et ce qui est triste, c’est que j’ai déjà largement plus retenu d’idées visuelles dans la seconde scène post générique car elle n’est pas liée à Spiderman mais aussi et surtout dans la bande-annonce de Spider-Man: Across the Spider-Verse. C’est-à-dire que mes yeux sont plus marquées par moins de trois minutes de films montées dans le désordre que par toute la durée du long-métrage qui nous intéresse aujourd’hui.

  • C’est terriblement long :

Et ce souci visuel que je viens de soulever n’aide en rien le deuxième point dont je veux parler. En effet, je l’ai trouvé particulièrement long et il aurait pu être largement raboté à plein d’endroits. Et pourtant ce n’est pas à cause de sa durée, même si elle est de 2h30. Mais bien à cause du rythme, à cause d’un humour drôle trois fois sur ces 2h30 alors qu’il ralentit bien l’ensemble, à cause du fait qu’il y ait énormément d’éléments. Au final, le long-métrage peut se diviser en trois parties distinctes. La première concerne la partie sur les conséquences directes de la fin du précédent, de la révélation de l’identité de Peter Parker et du fait qu’il ait tué un grand héros. Cette partie est calme mais il y a de réelles conséquences par rapport aux erreurs précédentes et c’est agréable dans une série comme celle-ci. Puis il y a une partie où on découvre les antagonistes et les enjeux propres au film. Celle-ci tire vraiment énormément en longueur pour pas grand-chose car si la situation est compliquée à imaginer pour les personnages et qu’ils doivent prendre leur temps et discuter pour essayer de régler les situations tranquillement, nous nous savons déjà où ca va aller. Puis il y a la partie finale, où il y a vannes sur vannes, pas drôles, références sur références, qui sont agréables à voir mais qui ne font pas un film, puis affrontements, donc pas des plus passionnants. Au final, j’aime la première partie même si elle sonne plus comme une fin à l’épisode précèdent qu’à un début pour celui-ci, je trouve la deuxième juste lente car les personnages expliquent tous ce qu’on connait déjà, et une troisième pas désagréable mais lente aussi. Donc j’y réfléchirai à deux fois avant de lancer le film si l’envie de le revoir me prend.

  • [Divulgation] Tout ça pour ça :

Certains éléments étaient dans les bande-annonce, d’autres non. Mais là n’est pas le sujet de ce point, nous en reparlerons plus tard. Le long-métrage contient les acteurs habituels, mais aussi Docteur Strange, mais signe aussi le retour de cinq adversaires présents dans les cinq derniers films de Spiderman et leurs deux Spidermen associés, mais aussi le Venom des deux derniers excellents films (non) du même nom, mais aussi Matt Murdock joué par le même acteur que dans la série Daredevil. Ceci fait donc beaucoup de monde et beaucoup trop d’éléments à gérer. Voilà pourquoi on fait juste apparaitre une minute les deux derniers juste car ils sont liés à Spiderman. Et surtout voilà pourquoi le long-métrage montre absolument tout ce qui est demander d’être montré afin de jouer sur la nostalgie ou l’attente des ventilateurs, enfin des admirateurs enthousiastes. Pourtant, vu toutes les possibilités qu’il y a avec cette galerie, le scénario et les scènes sont déformées très fortement au forceps pour caler des références et des blagues sur tout et n’importe quoi. Parce que faire utiliser la magie à un personnage qui n’a rien à voir pour les faire apparaitre, faire une référence à Miles Morales, faire une référence au Amazing présent dans le tire des films d’Andrew Garfield, arrêtez d’utiliser la magie car ça arrange bien de coincer MJ pour la faire tomber comme Gwen Stacy, c’est un peu fort de café. C’est d’ailleurs la scène pour laquelle j’ai été le plus déçu. On voyait MJ chuter comme ça dans la bande-annonce et comme il y avait des théories sur le retour des anciens Spidermen, c’était sûr que le Peter porté par Andrew Garfield allait prendre sa revanche. Sauf qu’on part d’une scène qui est extrêmement au ralenti, où le personnage est entouré d’engrenages d’horloge pour y faire référence et on a une toile qui prend la forme d’une main pour montrer à quel point il essaye en tant qu’homme et c’est tout simplement magnifique. Et on arrive à une scène presque en vitesse réelle, où le personnage est juste entouré de gris et où Andrew l’attrape juste comme ça. Et tout ça pour ça car le personnage commence à pleurer, la scène se coupe et on n’en reparle plus jamais. D’accord, c’est vrai que c’est agréable d’être face à un calepin avec tous les éléments pour faire plaisir aux enthousiastes de Spiderman et d’entendre chaque case se cocher très très fort, qu’importe comment ça a été fait (non). Le potentiel est énorme mais on nous fait juste une soupe pleine de paillettes, je trouve ça terriblement dommage.


Ce que j’ai aimé :

  • [Divulgation] La ligne directrice de Peter Parker :

Par contre, de tout ça, si on enlève tout le gras qui ne se mange pas sur ce gros jambon qu’est le long-métrage dont on parle aujourd’hui, il nous reste une intrigue plutôt intéressante pour notre Peter Parker. En effet, celui-ci est d’abord apparu juste parce qu’on avait besoin de mains en plus. Ensuite, chaperonné par Tony Stark, il a cherché sa place entre les Avengers et son côté petite araignée sympa qui ne veut pas de grandes histoires non plus. Puis il a affronté un alien violet qui adore les cailloux et il a subit de grosses épreuves chaperonné par Docteur Strange et Tony Stark, allant même jusqu’à disparaitre et à jouer un rôle important dans la bataille finale. Enfin, il a cherché sa place en tant que successeur choisi par Ironman et a fait de nombreuses erreurs ne sentant pas qu’il était fait pour ça. Et là, nous avons encore une recherche de place puisqu’il doit vivre avec le fait que tout le monde sait, à cause d’un mensonge certes, que Spiderman est un meurtrier mais aussi que Peter Parker est Spiderman. Cependant, étant perdu entre plusieurs vies, il préfère se tourner vers la magie et ses connaissances super héroïques plutôt que vers son humanité normale pour régler ses problèmes. Et il sera mis fortement en difficulté sur son non choix d’une vie parmi toutes celles qui lui plaisent par le Bouffon Vert, quel super personnage d’ailleurs (non). Et il apprendra comment être un vrai Spiderman grâce aux expériences des deux autres, leurs réussites et leurs erreurs. Celui d’Andrew Garfield a ma préférence comme depuis toujours car il a bien souffert et est celui qui est le plus complet, le plus humain et le plus équilibré. Et à la fin, il y a encore de grosses conséquences et ça fait plaisir de voir le personnage évoluer. Mais si on est obligé de passer par autant de films moyens pour avoir une seule évolution de personnage qui mène à un nouveau départ plus dur, ce n’est pas forcément une grosse réussite globale non plus. Et tout est forcé par Docteur Strange, May et Ned qui font n’importe quoi. Et même si le peuple oublie que Peter Parker est Spiderman, il n’est pas censé oublié qu’il a tué le grand héros Mysterio, tu le sais le film ? Mais on est dans un point positif, tu le sais le blogueur ?


Ce qu’il me reste à soulever :

  • [Divulgation] Les gens :

Disney et Marvel sont deux énormes studios. Ils peuvent faire absolument tout ce qu’ils veulent et tout se vendra par milliards. Ils font l’effort d’aller chercher les deux anciens acteurs ayant campés le rôle de Spider-Man au cinéma pour faire plaisir au plus grand monde. Et alors, qu’on est à l’époque où les grosses superproductions ont des milliards de bandes annonces qui dévoilent le film en entier, ces gros studios ont caché ce retour tout du long de la campagne médiatique. Ce alors que ça leur aurait fait une pub d’autant plus impressionnante. Et même pas deux heures après la sortie du film, internet entier dévoilait que le film contenait trois Spider-Men avec un nombre de vidéos prises dans les salles absolument affolant. Evidemment, c’est important (non) de gratter de la visibilité sur un choix marketing intéressant et réussi de gros studios américains alors que ce n’est pas leur genre de faire ça normalement. Et de toute façon, l’idée d’hurler dans la salle (oups) ou de filmer dans la salle, me rebute très fort et me questionne grandement. Notamment car le deuxième point est totalement illégal. D’autant plus quand on le partage en ligne derrière, oups. Et ensuite car ce n’est pas du tout comme ça que je profite d’œuvres cinématographiques pour ma part. Et à ce moment là, je suis bien content que les seules superproductions que j’ai côtoyé cette année ne représentent même pas un tiers de mes séances. Et outre cette volonté de faire des trucs illégaux, de gâcher la seule idée marketing intéressante du film et de deux énormes studios, de divulguer d’autres éléments parce que c’est rigolo je suppose, d’hurler dans une salle, nous avons également une culture de l’immédiateté et du battage publicitaire qui est terrible. « Si les personnes ne vont pas voir un film au cinéma dans les trois-quatre jours de sa sortie, c’est que le film ne les intéresse et qu’on peut tout divulguer. » Non ! « Ce film est le meilleur de l’année, voire de la décennie. » Si vous voulez, chacun ses gouts, mais pour qu’il y en ait autant qui disent ça c’est que la culture de l’immédiateté est un peu forte. « Si le film marche, il faut absolument aller le voir. » Non, surement pas, laissez vous porter par vos envies et découvrez ce qui vous intéresse, pas ce qui marche. « C’est le seul film de cette année ». Plutôt mourir que de répondre à ça. Bref, le premier film de l’année que je suis allé voir et qui attire également du monde me fait soulever une quantité de points qui ne m’ont pas plu à cause de ce monde absolument monstrueux. Le seul point positif que je retire de tout ça, c’est que malgré l’écart vraiment stupide au box office entre ce film et tous les autres de l’année, ceci permettra de soutenir l’industrie du cinéma, domaine qui me tient à cœur. Donc finalement, merci d’être aller voir ce film.


1 points positifs sur 4, soit :

5/20


Merci beaucoup d’avoir pris le temps de me lire. J’espère que vous avez pris autant de plaisir à me lire que j’en ai pris à écrire. Portez vous bien, faites vous plaisir, à Komorebientôt !

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s