Cinéma #18 – La Planète des singes : Les Origines

Défi calendrier de l’Avent : Jour 18 sur 24

Bonjour, bonsoir à tous, c’est Komorebi. J’ai découvert récemment La Planète des singes : Les Origines et j’ai envie d’en parler. N’hésitez pas à passer une petite tête dans les commentaires, qu’importe pourquoi d’ailleurs. Allez, on accélère tout ça et on lance cet article.


Qu’est-ce que c’est ?

Réalisation : Rupert Wyatt
Scénario : Rick Jaffa, Amanda Silver
Acteurs principaux : Andy Serkis, James Franco, Freida Pinto, John Lithgow, Tom Felton
Sociétés de production : 20th Century Fox, Dune Entertainment, Chernin Entertainment, Ingenious Media
Pays d’origine : États-Unis
Genre : Science-fiction
Durée : 105 minutes
Sortie : 2011

Série
⬅️La Planète des singes (2001)
La Planète des singes : L’Affrontement (2014) ➡️

Le film parle de l’arrogance humaine vis à vis des autres espèces et de l’émancipation de l’une de ces dernières. Le développement humain est également évoqué à travers le parcours du personnage de César, qui est, ironiquement, un singe. Par de nombreuses références, La Planète des singes : Les Origines rend hommage au premier film La Planète des singes (1968). Il reprend aussi la structure narrative du film La Conquête de la planète des singes (1972).

Dans un laboratoire, des scientifiques expérimentent un traitement sur des singes pour vaincre la maladie d’Alzheimer. Mais leurs essais ont des effets secondaires inattendus : ils découvrent que la substance utilisée permet d’augmenter radicalement l’activité cérébrale de leurs sujets. César, est alors le premier jeune chimpanzé faisant preuve d’une intelligence remarquable. Mais trahi par les humains qui l’entourent et en qui il avait confiance, il va mener le soulèvement de toute son espèce contre l’Homme dans un combat spectaculaire.


Ce que je n’ai pas aimé :

  • Les humains sans nuances et les changements de pensées étonnants :

Certes, nous sommes devant un long-métrage qui se nomme « La Planète Des Singes », nous sommes devant un long-métrage qui adopte le point de vue des singes pour comprendre pourquoi ils se révoltent, mais ce n’est pas une raison suffisante pour faire des humains des monolithes gigantesques de négativité sans la moindre nuance car ce n’est pas des plus intéressants. Heureusement pour compenser, ils ont pensé au fait de faire évoluer les personnages et leurs pensées bien rapidement et avec des justifications qui se sont sûrement perdus dans la foret. Ah zut alors, ce n’est pas non plus positif en fait, le « heureusement était donc de trop. Oh mince de mince, je n’ai raiment pas fais exprès. Bref, en effet, je ne trouve aucun personnage humain vraiment intéressant. Tom Felton, connu notamment pour son rôle de Malefoy, Drago Malefoy, est ici insipide au possible à juste faire souffrir les singes parce que…. Parec qu’il faut bien montrer aux singes intellients que les humaisn traitent mal les singes. Les scientifiques sont juste des monstres capitalistes sans nuances qui sont là uniquement quand i y a des résulatats et ils n’apportent rien. Les passants où les gens peut concerner sont là juste pour être des sales cons et ppur refuser absoluement tout. Seul le personnage pricnipal a un minimum d’interet car ses erreurs auraient du permettre de mettre intelligementCesar face aux erreurs des humaisn pour qu’il souhaite dépasser les humains avec ses collègues singes. Mais non, on a juste des sentiments qui se brisent comme ça avec des explications silpkles et pas siinteressantes.

  • Juste trop long pour ce que ça a à dire :

Oh ça m’a fait rire. J’ai placé le titre de cette partie car c’est vraiment ce que j’ai ressenti. Puis j’ai regardé à nouveau la durée du long-métrage car je l’avais oublié. Et il dure 1h45 en fait, ce qui n’est pas si long en soit. Mais pour que je trouve mon visionnage terriblement long quand même c’est qu’il doit bien y avoir une bonne raison. En même temps, a t’on besoin d’un film d’1h45 pour justifier qu’un homme jouant avec la science finisse par faire trop d’erreurs et par donner envie à son « jouet » de se révolter. Cela peut largement tenir la route sur cette durée mais il faut alors prendre le temps de bien développer la psychologie de César, de montrer les réussites et les points positifs qu’il apprend des humains, puis venir y rajouter des points négatifs, des défauts, des erreurs qui prennent de plus en plus de place jusqu’à le rendre révolutionnaire. Ainsi, le film serait moins long et plus intéressant puisqu’il y aurait une vraie réflexion et qu’il ne passerait pas des durées beaucoup trop longues sur des éléments n’ayant rien à voir avec ces origines et qui ne sont même pas spécialement dans le ton du film en plus. J’espère que l’ensemble sera plus fonctionnel sur les prochains. Et j’espère que ça ne vous dérange pas que je prenne le rôle d’une personne capable de réécrire un film de loin alors que je ne pourrais absolument rien faire en vrai.


Ce que j’ai aimé :

  • Le jeu de la science :

Etant un éminant scientifique, j’accorde une importance particulière aux réflexions autour de ce sujet. Enfin, j’ai juste fais un bac scientifique à l’époque lointaine où ça existait encore en fait. Mais j’estime avoir un esprit scientifique et un intérêt plutôt existant pour les sciences. Je trouve plutôt intéressant de lier le capitalisme à la science car les deux sont évidemment fortement liés dans la vraie vie également même si je me plains du fait que ce soit fait sans la moindre nuance ici. J’apprécie le fait que nous soyons surtout du côté des cobayes même si c’est ce point de vue qui empêche les nuances du côté des humains. J’aime bien le fait de lier une volonté de soigner les humains mais de créer quelque chose qui nous dépasse et qui n’est pas forcément ce qu’on voulait car c’est magnifique la sérendipité. L’idée de ne vouloir perdre personne fonctionne bien également car cela pousse quelques personnages à faire des erreurs et à prendre des risques de plus en plus grands avec la science. Les sciences et les deux mammifères de l’ordre des primates que sont les humains et les singes sont les deux grandes bases de réflexion sur lesquels reposent le film. C’est fou d’avoir des bases aussi solides et aussi magnifiques pour dessus y construire une maison aussi bringuebalante car les matériaux ne sont pas dosés correctement du tout. On ne parle pas vraiment de maison ici, il s’agit bien d’une image.


Ce qu’il me reste à soulever :

  • Mon visionnage étrange de la saga :

Je sais que je suis allé voir le troisième épisode de cette trilogie récente au cinéma avec mon papa. Je sais que je ne l’avais pas apprécie plus que ça car c’est étrange d’avoir un duel final qui ressemble à ça entre Humanité et règne simiesque et surtout car le personnage campé par Woody Harrelson me donnait envie de me cogner très fort la tête contre tous les objets que je pouvais trouver. Par contre, je sais aussi que quelques scènes avec Tom Felton étaient gravées en moi et donc que j’avais dû voir quelques bouts du premier volume de cette trilogie. Sans doute lorsque mon papa l’avait vu à la maison à un moment. Par contre, si je l’avais vu en entier, ce qui n’est donc absolument pas sûr, le reste ne m’avait vraiment pas marqué. Et je me dis maintenant que ce n’est pas impossible du tout. Et à cause d’une non envie d’aller au cinéma mardi 7 décembre alors que j’avais dit que j’irai chaque semaine jusqu’à la fin de l’année, et d’une volonté de voir des films quand même, je me suis lancé dans cette trilogie La Planète des singes, en commençant cette fois tranquillement par le premier film. Merci RapLeMo pour la proposition.


1 points positifs sur 3, soit :

6,67/20


Merci beaucoup d’avoir pris le temps de me lire. J’espère que vous avez pris autant de plaisir à me lire que j’en ai pris à écrire. Portez vous bien, faites vous plaisir, à Komorebientôt !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s