Série #09 – The Office saison 1

Défi calendrier de l’Avent : Jour 13 sur 24

Bonjour, bonsoir à tous, c’est Komorebi. J’ai découvert récemment The Office saison 1 et j’ai envie d’en parler. N’hésitez pas à passer une petite tête dans les commentaires, qu’importe pourquoi d’ailleurs. Allez, on accélère tout ça et on lance cet article.


Qu’est-ce que c’est ?

Pays d’origine : États-Unis
Chaîne d’origine : NBC
Diff. originale : 24 mars 2005 – 26 avril 2005
Nb. d’épisodes : 6

Chronologie
Saison 2 ➡️

Les ordinateurs disposés sur les bureaux du décor sont connectés à Internet. Des membres du casting ont admis que lors du tournage de certaines scènes, lorsqu’ils n’étaient pas au premier plan, il leur arrivait de surfer sur le Net !

La série anglaise The Office a donné naissance à une véritable franchise : The Office aux Etats-Unis, Le Bureau en France et La Job au Canada.

La série met en scène le quotidien des employés de bureau d’une société de vente de papier, Dunder Mifflin, à Scranton en Pennsylvanie, au travers de personnages hétérogènes et des relations, amitiés, amours et événements de leur vie.


Ce que je n’ai pas aimé :

  • Six épisodes seulement :

Autant j’ai peut-être abusé il y a quelques jours en me plaignant du fait qu’il n’y avait que six épisodes dans la saison une de Peaky Blinders étant donné qu’ils durent quand même près d’une heure chacun. Bon c’était plus un problème de rythme global que je soulevais donc j’ai totalement raison mais je comprends que cela soit un peu abusé d’appeler cela un point faible. Mais ici, le fait qu’il n’y ait que six épisodes, de vingt minutes chacun en tant que première saison de The Office, nous avons quelques soucis. Dans une série humoristique, il faut un petit temps pour mettre en place correctement le cadre global, le style d’humour, les différentes situations possibles et surtout les personnages. Et là, nous n’avons pas spécialement le temps. C’est un peu comme s’il y avait une saison entière, enfin six épisodes quoi, pilotes au lieu d’un nombre plus restreint. Et au niveau du style de la série, on dirait vraiment un pilote tout du long tant on arrive bien à reconnaitre ce qu’elle veut partager mais que cela ne tombe que très rarement juste et c’est bien dommage. Bon, je ne dis pas que la réussite serait forcément venue avec plus d’épisodes mais on aurait sans doute un peu plus de rodage.

  • Manques à tout va :

Je crois que nous allons beaucoup retrouver les mêmes éléments le long de cet article. En effet, après avoir dit qu’il n’y avait possiblement pas assez d’épisodes pour mettre en place tout le cadre de la série, je vais dire qu’il y avait de gros manques. C’est vraiment super surprenant dis donc ! Notamment au niveau des personnages bordel. Certes, ils sont caractérisés et on voit où la série va pouvoir aller avec ça mais il n’y a que le personnage joué par Steve Carell qui est montré pour l’instant. Pour l’instant avoir juste les archétypes et n’avoir que peu de nuances n’est pas très amusant. Et même l’humour n’est pas forcément super pertinent. On comprend le côté documenteur et le fait que la gêne et les erreurs des personnages sont les sujets d’humour principaux mais là c’est plus gênant sans le faire exprès qu’autre chose. En soit, je l’ai dis et je le répète : au niveau de la forme, le potentiel est total mais au niveau du fond sur ces épisodes, je ne suis vraiment pas convaincu pour l’instant.


Ce que j’ai aimé :

  • Le principe :

Hey mais Komorebi, t’es complétement gâteux ou quoi ? Oui ! En effet, après avoir dit qu’il n’y avait sans doute pas assez d’épisodes pour utiliser et mettre correctement en place tous les éléments nécessaires à la série, puis après avoir dit plus en détails qu’il manquait des éléments, nous allons voir plus en détails que le principe global fonctionne bien ou du moins qu’il y a le potentiel pour devenir exceptionnel. En effet, j’apprécie grandement le côté malaisant de l’humour, j’apprécie grandement le fait d’appuyer très fort sur des blagues au départ pas si drôle, je trouve très pertinent d’avoir un regard caméra. Miam les le pouvoir des regards est si puissant, c’est vraiment la seule chose que je regarde chez les gens. J’apprécie grandement avoir un personnage seul et pas si réussi mais qui se cache derrière l’humour pour espérer réussir ce qu’il entreprend et être heureux. C’est vraiment un cocktail d’humour que j’apprécie grandement car il se reflète très personnellement en moi. Mais comme j’ai déjà pu le dire à maintes reprises, les ingrédients sont déjà là mais ils sont furieusement mal dosés pour l’instant. Notamment les ingrédients « personnages » sauf celui campé par Steve Carell tant ils manquent de profondeur pour l’instant. C’était agréable de faire trois paragraphes proches mais de devoir les tourner suffisamment différents pour me faire comprendre.


Ce qu’il me reste à soulever :

  • C’est vraiment dommage ce départ :

Je ne sais pas si je vous l’ai déjà dit mais j’apprécie grandement la forme de cette saison tout en étant plutôt dubitatif sur son fond. Bon d’accord, je sais que je l’ai déjà dis, trois fois même mais c’est la dernière fois je vous le promets. En effet, au moment où j’écris ces lignes, le jeudi 02 décembre, quelle avance quand même, j’ai déjà regardé environ dix épisodes de la saison deux et elle a déjà réussi à me décrocher plusieurs vrais rires et même quelques sentiments un peu plus tristes ou mignons. Donc je trouve ça dommage qu »il y ait autant de problèmes avec la première, qui est l’ouverture vers le spectateur et qui risque d’en perdre un peu sur le chemin. Et je me demande surtout d’où un tel écart peut venir.


1 points positifs sur 3, soit :
6,67/20


Merci beaucoup d’avoir pris le temps de me lire. J’espère que vous avez pris autant de plaisir à me lire que j’en ai pris à écrire. Portez vous bien, faites vous plaisir, à Komorebientôt !

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s