Achats/ Lectures Décembre 2020

Bonjour, bonsoir à tous. C’est Komorebi ! Voilà le premier article découlant de ma décision que je vous présentais succinctement dans mon article « Bye le blog ? ». Ma capacité d’analyse extrêmement pertinente risque de vous manquer mais voilà, je fais des critiques plus courtes, je rassemble toutes celles d’un mois tout en retirant toute fioriture. Vous perdez certainement au change mais je gagne en temps et en motivation donc vous aurez sans doute plus souvent d’articles plus intéressants. C’est-à-dire que j’ai réussi à lire les six premiers tomes de cet article et à écrire dessus le même jour (ce qui aurait pris minimum six jours avant) et j’ai avancé sur la prochaine Komoreflexion. Bref, je suis bien plus content ainsi et nous allons pouvoir commencer sans plus tarder. C’est parti !


Le deuxième diptyque commence bien maintenant qu’il est affranchi de la présentation des personnages. Nous découvrons les Fabuleux qui mettent vraiment en exergue le fait que la réputation des Legendaires soit au plus bas. Et en même temps, les actions dans leur combat à 8 ne peut que leur donner raison. Finalement, c’est assez calme du côté des héros qui profitent de l’hospitalité des elfes même en temps de guerre. Mais nous aurons le droit au développement de Shimy qui doit faire face à son choix de vie favorisant ses rêves que la voie de ses parents. Mais surtout, le secret d’Elysio est dévoilé à tous pendant que nous pouvons suivre les Piranhis et leur presque chef qui part sur la mise en place de la création de l’univers et de forces divines. C’est très rythmé et l’expansion d’univers est là, c’est validé !


On est coupé deux fois (une fois pour 5 chapitres sur le passé de La Pioche qui est un véritable délire. Certaines scènes vont un peu trop loin pour moi mais cela reste cohérent avec le personnage donc je prends. Une fois pour un chapitre sur Yumin qui est exactement la même chose que dans le tome précédent). Le reste du tome est excellent avec la répartition du plan de Tae Soo et du fait que le gang ne soir apparemment pas au niveau des adversaires. Et je trouve ça excellent que Ken ne puisse supporter ce sentiment d’infériorité forcé. Nous avons alors un combat d’ouverture qui me plaît par la volonté de Ken d’améliorer la vie de tout le monde. Puis nous avons des affrontements mettant en avant Ken, la pioche et Benito et qui permet de montrer que la force de la team et d’aller toujours de l’avant face aux ennemis. J’aime beaucoup les morales pour les ennemis qui devraient penser par eux-mêmes et subir la douleur pour s’améliorer. Reste à voir Kae-Lyn dont l’affrontement me fait peur et le maître Zen Bae-Dal qui paraît en difficultés.


Nous avons un focus sur la police qui montre les convictions de l’inspecteur Yamauchi. Et nous avons deux gros rebondissements par rapport à lui. Un qui fait agir Testuo plus rapidmeent et un découlant du gang. C’est très intéressant ce rabattage de cartes qui remet Tetsuo dans la tourmente. Pourtant, le voilà en train d’agir de façon qu’elles puissent le rayer de leurs souvenirs et commence à raconter son histoire à sa fille. Je suis soufflé par tous les efforts qu’il a fait dans sa vie. Sa rencontre avec Kasen est le fruit du hasard mais lui a créé une volonté de héros en jouant sur le décalage important avec son village. Et pourtant, malgré le fait qu’il fut celui qui a libéré L’oiseau de sa cage en se mettant en danger, il n’est pas encore prêt. Je trouve très bon cette façon de montrer les raisons qu’il a de devenir le héros de sa famille ainsi que les derniers secrets de cette bataille.


Pourquoi pas mais j’ai préféré l’introduction de l’arc à celui-ci qui s’éparpille un peu trop. L’attaque est assez impressionnante au vu des deux démons très spéciaux présents sur place. On a du développement pour tous les héros présents également. Tanjiro se voit rapprocher de quelqu’un par sa mémoire immunitaire et c’est un plaisir de le voir évoluer comme ça tout en gardant sa pureté. Tokito a quelques element pour lui avec le fait qu’il apprenne à en faire plus pour les autres et que cela va lui permettre de se retrouver. Genya cache un secret plutôt éventé avec sa dent dans le tome précédent mais surtout une histoire terrible avec son frère Sanemi. C’est terrible des les voir s’éloigner comme ça a cause d’une incompréhension après leur épreuve commune. Très bon sur les personnages mais moins de fluidité sur les affrontements.


Les affrontements me parlent un peu plus ici puisqu’ils sont plus liés aux développements des personnages. Nous avons un démon fascine par la concentration qu’on peut avoir dans un domaine artistique et qui a des échanges très drôles avec Tokito. Le pilier finit d’ailleurs par récupérer ses souvenirs où on comprend que sa volonté d’aider les autres à toujours été bridée de manière justifiée. D’ailleurs, on revient souvent à des histoires de fratrie. Le voilà à un niveau absolument monstrueux pendant qu’on fait un petit point supplémentaire sur Genya et qu’on demande l’aide de Kanroji pour l’autre démon. Celui-ci paraît bien plus fort également avec cette fusion surprenante. Nous découvrons l’histoire de Kanroji qui n’est pas des plus passionnante mais qui explique qu’il faut être soit pour réussir. Mais les arcs sont assez longs pour une série en 23 tomes je trouve.


Un tome presque entièrement centré sur la bataille promise depuis quelques temps et sur les démons. L’attaque est très intéressante puisque très maligne. Peut-être un peu trop puisque tout se passe exactement selon les plans de Minerva et qu’il n’y a aucune difficultés pour les humains. Ainsi, les démons sont les véritables stars de cette lecture. En effet, l’histoire de Geelan me parle bien puisqu’il subit la plus grosse injustice du monde car il est trop droit pour la société des démons et qu’il a été forcé de subir de sacrées épreuves. Il a voulu se servir de certains sacrifices pour rétablir la justice mais le retour à la réalité fait vraiment mal. Le gang de Minerva profite de ça pour venir achever la reine qui n’a pas grand-chose de superbe quand bien même sa fin prend sens avec la fascination qu’elle avait pour cette nourriture en particulier. En espérant que les difficultés arrivent un peu avec les dissensions entre Emma et Minerva.


On commence très fort avec une mort impactante et qui s’annonçait en partie à la fin du volume précédent. Mais comme d’habitude, en plus de la beauté des scènes finales du personnage, nous avons un bon boost pour ceux qu’il a protégé directement et pour ceux qu’il a côtoyé. Ainsi Shin finit par mettre à mal tous les gros bras du clan de Chogaryu grâce à Kyoukai. Nous avons le droit à l’affrontement final entre Shin et Chogaryu qui permet enfin à l’aile droite de Qin d’inverser la tendance malgré une histoire adverse plutôt touchante. L’allégresse est de courte durée au vu du dur rappel à la réalité de l’attaque de nuit. Et enfin, tout le monde, même à Ryoyo ou à la capitale, comprend qu’il s’agit de la dernière bataille de cette guerre. Celle-ci commence par un mouvement audacieux de Ousen et par une incertitude sur Riboku. Très bon, avec des passages marquants.


Pas mal de passages qui m’ont un poil laissés en froid car les affrontements à distance ne me parlent plus spécialement. C’est-à-dire qu’on en a déjà eu des affrontements ainsi qui montre les différents types de commandants. Heureusement, cela mène à une discussion directe intéressante entre les deux chefs qui montrent bien la dévotion ultime de Riboku. On a quelques surprises avec le grand méchant présent sur la couverture du 58 qui se ballade et a des réactions étranges. Pendant ce temps, Shin et compagnie suivent le plan et viennent attaquer le flan de Zhao. On assiste surtout à une belle vengeance éclair de Ouhon qui m’impressionne. Pas grand-chose qui me marque mais essentiel pour mettre en place le final.


Ah ouais, quand même !  Les actions importantes s’enchaînent puisque les généraux en chef entrent en jeu et se voient tous les deux pris en tenaille. Le but de chaque coté est donc de tenir le plus longtemps. Heureusement, deux des trois jeunes arrivent en défense car ils sont vraiment forts en lecture de bataille et permettent de sauver encore plus de temps. Nous avons quelque chose d’excellent avec Kinmou puisqu’il vise directement Karyo Ten et qu’il permet enfin d’avancer le développement des frères archers et de mettre en avant le fait que Shin porte le flambeau de tous ceux qu’il a dû affronter. Et les choses prennent une tournure encore plus immense quand le monstre arrive sur le champ de bataille et fait quelques victimes. Kyoukai lui tient tête un temps grâce à une capacité étonnante. Et surtout, l’affrontement tant attendu contre Shin commence après avoir rajouté une bose dose de symbolisme. En effet, ce monstre est à fond pour devenir un dieu et pour faire avancer l’humanité. À voir les étincelles que cela fera contre celui qui porte le plus les rêves des humains.


Magnifique ! On sent bien la deuxième partie du manga et une nette amélioration quant à la dernière grande guerre. Nous nous concentrons sur le duel final de cette guerre des plaines. Qui gagnera entre celui seul sur sa voie mais à la maîtrise exceptionnelle ou celui porté par son rêve, les morts et les vivants. C’est très intéressant et l’auteur fait magnifiquement monter la tension avec l’incompréhension de Houken, la volonté de se relever de Shin. Quelle tension ! Et quelle conclusion pour cet affrontement préparé depuis un bon moment. La tension ne s’arrête pas puisque Shin est un peu fatigué par tout cet enchaînement depuis 15 jours et nous pouvons suivre un voyage plus qu’intéressant. Enfin, Riboku part récupérer Gyou mais finit par se faire malmener alors qu’il est au même niveau que Ousen. Quelle plaisir de voir que les jeunes atouts vont être remerciés. Meme si ce n’est pas encore tout à fait fini.


Achats/ Lectures Janvier 2021

Merci beaucoup de votre passage ici. J’espère que ce nouveau format vous suffira. N’hésitez pas à manifester votre soutien à mon travail et à me partager vos avis sur ces tomes ou à ceux que j’ai raté selon vous. N’hésitez pas à m’aider également car j’aimerais bien mettre en place un système de notation et je ne sais pas vraiment comment le faire ni s’il est vraiment utile d’ailleurs. Bref, prenez soin de vous, je vous laisse avec un petit aperçu de la Komoreflexion dont je vous parlais en introduction. À Komorebientôt !

12 commentaires

  1. […] Tome 15 – Tome 16 – Tome 17 – Tome 18 – Tome 19 – Tome 20 – Tome 21 – Tome 22 – Tome 23 – Tome 24 – Tome 25 – Tome 26 – Tome 27 – Tome 28 – Tome 29 – Tome 30 – Tome 31 – Tome 32 – Tome 33 – Tome 34 – Tome 35 – Tome 36 – Tome 37 – Tome 38 – Tome 39 – Tome 40 – Tome 41 – Tome 42 – Tome 43 – Tome 44 – Tome 45 – Tome 46 – Tome 47 – Tome 48 – Tome 49 – Tome 50 – Tome 51 – Tome 52 – Tome 53 – Tome 54 – Tome 55 – Tome 56 – Tome 57 – Tome 58 […]

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s