L’eau miracle | Komorebi’stoire #02

Bonjour à tous et bienvenue en ce 20 novembre, presque deux mois après l’épisode précédent. D’ailleurs, au moment où cet article sort, je suis en train de ne pas faire grand-chose puisque je suis dans ma semaine où je suis à la maison pour suivre mes cours. J’espère que je serai bien en train de me reposer vu qu’en écrivant cet article, je finis mes travaux de la semaine. J’en profite pour vous dire que j’ai mis à jour le premier épisode avec des scan bien plus lisibles de mes pages donc je vous renvoie vers celle-ci. En effet, j’écris des histoires depuis le lycée et Majolou m’a donné envie d’en parler depuis son interview de moi. Voilà donc une nouvelle étape des Komorebi’stoires. Et on attaque avec L’eau miracle. Deuxième épisode sur neuf de cette superbe aventure, c’est parti !


Komorebi
~2017
Komor’edition
Première version de la couverture

Notre histoire commence donc aux alentours de mon bac puisque la première version de la couverture a été faite sur une feuille de brouillon que j’avais eu pour mes épreuves du baccalauréat. Il est possible que ma première histoire fût une assez bonne expérience sur moi pour que j’ai envie d’en lancer une deuxième. Je ne suis pas fou donc j’en ai fais une œuvre totalement indépendante. Je vous avouerai que je ne me souviens plus ce que j’avais prévu avant de me lancer dans la version finale de cette œuvre. Mais je me souviens que le but était totalement de créer une comédie d’aventures avec un superbe retournement final. Au final, L’eau miracle fait donc 4 pages et ne contient que six personnages, qui sont plutôt mal développés. Évidemment, je ne pensais absolument pas au futur et j’inventais cette histoire sans imaginer à quoi elle me servirait plus tard.

Je vous laisse avec cette histoire qui n’a pas besoin d’informations supplémentaire pour être comprise actuellement et je vous reprend après.

Nous découvrons sur cette première planche les six personnages de notre groupe et des petits bouts de leur caractère. Les réactions de Djigi m’amusent beaucoup, tout comme la peur de Pingouin. Nous avons le droit à un flashback à l’utilité discutable. Que va t’il se passer maintenant que Fugu a perdu ?

Et voilà, nous apprenons le sort terrible qui attend ceux qui perdent face à ces pingouins de l’espace et on dit au revoir à Fugu. Nous voyons Djigi tomber dans le vide et nous assistons au deuxième match qui est encore perdu par nos héros. On dit au revoir à Bato. Que fait Djigi de nouveau ici ?

Évidemment, il a survécu en rebondissant sur ses chaussures. Mais il trouve la mort très rapidement derrière dans les flammes. Nous assistons à la troisième défaite de nos héros, que je trouve encore une fois très drôle. Au revoir Pingouin. Que fait encore Djigi ici ? Qui survivra à la dernière page ?

Et j’aime beaucoup ce final. Djigi a survécu au feu en l’éteignant avec sa transpiration. Djigi perd son affrontement mais se fait sauver par sa guitare qui était dans les mains de Pilou annoncé comme mort par Brickley. L’état de Djigi se détériore de plus en plus et arrive à la fin de cette épreuve. Il boit l’eau miracle et se retrouve face à un choix cornélien, comme si Brickley l’avait piégé et était horrible. Mais en même temps, vaut il mieux-être coincé ici pour toujours ou pouvoir mourir en paix en amenant quelqu’un d’autre. Au final, Djigi fait un choix très fort et on apprend que Brickley n’était pas si horrible que ça puisqu’il a réussi à faire sortir Pilou.

Et voilà ma deuxième création qui avait fait ma fierté et que je trouve tout bonnement assez drôle actuellement puisqu’elle me ramène à une époque lointaine . Déjà, je ne sais pas dessiner. Bon, c’est toujours le cas mais ça va un peu mieux maintenant quand même. Qu’est-ce qu’elle sont vides les cases d’ailleurs, pour aller à l’essentiel sans doute ! Et plus ça va, plus le scénario s’améliore en se débarrassant d’un nombre de personnages beaucoup trop grand. Mais ce qui m’amuse, c’est d’avoir finit par créer tout un univers à partir de ceci et de l’histoire précédente même si ce n’est pas le sujet aujourd’hui.

Et nous avons donc de la relation de groupe, de l’humour sur des fausses morts et une très belle fin avec un fantôme et une malédiction. Des mystères qui existent parce que je n’ai absolument rien justifie dans cet univers tout foufou. Pourquoi un vélo et un castor sont dans un groupe de voleurs ? Que sont ces pingouins de l’espace ? Je trouve ça absolument magnifique d’avoir un univers aussi libre et aussi large avec vraiment de tout à l’intérieur.

C’est quand même terrible d’avoir autant d’éléments sans la moindre explication alors qu’aucune suite n’était prévue à la base. Il y a tellement d’éléments qui viennent de nulle part ou qui ne mènent à rien que ça en est follement perturbant. Heureusement que certains prendront sens avec les Komorebi’stoires suivantes.

D’ailleurs, la couverture a changé de couleur de fond, de dessin et de couleurs comme vous aurez pu le remarquer. Comme les prochaines couvertures seront plus jolies, celle-ci avait vraiment besoin d’une mise à jour.

Pilou est un personnage qui aura une sacrée importance dans les prochaines histoires. Alors qu’il avait une belle bande d’amis sur lequel je n’ai encore rien expliquer.

Et il est pas mal ce nom que j’ai trouvé non ? Comme l’oeuvre tourne sur une eau qui est censée être positive, je me suis dis que ça pourrait faire une forte impression avec le fait que cette eau ne soit pas si miracle que ça.


Merci beaucoup d’avoir lu. N’hésitez à donner des conseils à mon moi d’il y a trois-quatre ans et à me motiver pour que je finisse la neuvième et dernière histoire de cet univers. C’est vraiment étrange d’avoir partagé avec vous cette merveille que j’ai créé mais il faut bien commencer quelque part. On se retrouve le mois prochain pour Origine, troisième étape de ces Komorebi’stoires.

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s