Objection ! – Ace Attorney : Phoenix Wright Trilogy

Bonjour à tous et bienvenue sur le blog de Komorebi. Aujourd’hui, nous allons démarrer cette semaine sur le thème des avocats et des tribunaux en testant un jeu vidéo pour la première fois sur le blog. Quel heureux hasard de calendrier que mon avis sur la trilogie Phœnix Wright et celui sur School Judgement soit si proche. C’est pour ça que j’ai également prévu de parler de How to get away with murder. Je découvre donc totalement l’univers de Ace Attorney avec cette trilogie remise au goût du jour et en la testant sur switch. On enfile donc notre plus belle réflexion et on pousse les portes du tribunal, c’est parti !


Une découverte totale

J’avais découvert Phœnix Wright 1 en entier au travers du let’s plat d’Ozdust sur sa chaine Voyage au centre de la toile. Et c’est quand j’ai vu Mister Mv y jouer à son tour récemment que j’ai senti à nouveau cette irrépressible envie d’en découvrir plus me submerger. J’ai donc profité de la première promotion sur le jeu pour me l’offrir et pour le parcourir au rythme d’un point de sauvegarde par jour sur quelques temps du coup. C’est ainsi qu’après 50-55 heures d’investigations et de procès que je suis venu à bout des affaires de ces trois jeux. Avant d’en venir au test, intéressons nous à l’histoire de tout ceci.

Ça raconte quoi ?

Phœnix Wright 1 à 3
De 2001 à 2004 sur GameBoy Advance
De 2005 à 2007 sur Nintendo DS
2014 sur Nintendo 3DS
2019 sur Playstation 4, Xbox one et nintendo switch

Phoenix Wright : Ace Attorney Trilogy est un jeu d’aventure sur 3DS. Cette compilation réunit les trois premiers volets de la simulation d’avocat dans une version remastérisée avec des graphismes en HD et une bande-son retravaillée. La version japonaise est proposée en bonus.

Synopsis

Avec toutes ces informations, on se rend déjà compte à quel point la série a vécu et a quel point elle est brillamment écrite pour être toujours autant pertinente et frappante de 19 à 16 ans après. Parce que comme nous allons le voir avec les deux parties qui arrivent, ce jeu ne brille pas à mes yeux pour son gameplay mais bien pour son histoire, ses personnages et ses développements.

Enlève toi ce bâton de là gameplay !

Ce titre est tellement de rigueur puisque le jeu se divise en deux parties distinctes : l’investigation où on doit fouiller et discuter dans un ordre très précis pour débloquer correctement les éléments et les procès où il faut trouver les contradictions dans les paroles des témoins.

La première phase n’est pas réellement passionnante à mes yeux et subit un sacré cercle vicieux. C’est à dire que comme c’est long puisqu’il y a un ordre spécifique à respecter, je suis de moins en moins attentif. En écoutant moins, je suis perdu sur ce qu’il faut faire ensuite et j’avance donc encore moins vite. Heureusement, ces phases restent plutôt intéressantes par leurs présentations de personnages hauts en couleurs dans leurs domaines de prédilection. Ces phases s’améliorent en partie à partir du 2 puisqu’elles font apparaître des cadenas représentant le mensonge à casser, ce qui donne bien plus de sens à nos actions.

J’apprécie bien plus les phases de procès et par conséquent les affaires où il n’y a que ça. Et ce, pour bien des raisons. Par contre, un défaut commun est à prendre en compte, le fait de devoir utiliser pile la bonne pièce à Conviction pile sur la bonne phrase de la déposition. Les sanctions tombent donc assez vite puisqu’on ne pense pas forcément exactement de la même façon que les scénaristes alors que notre raisonnement n’est pas totalement incohérent non plus. Par contre, voir les personnages se décomposer et s’empêtrer dans des mensonges de plus en plus grands et pleins de contradictions est particulièrement intéressant. Étant donc plus concerné par les personnages et leurs histoires, j’ai assez vite abandonné l’idée de chercher par moi-même certaines réponses sans aucun remords pour pouvoir me créer un environnement propice pour pouvoir enfin apprécier cette trilogie.

Une intrigue haletante.

Voilà donc ce qui m’a réellement fait accroché à mon voyage au sein des avocats de la défense. Ce mélange si parfait entre les personnages récurrents qui évoluent au fur et à mesure des affaires qui les construisent et qui hantaient leur passé, les personnages plus secondaires qui ont tous un sacré problème et le côté humain des personnes à défendre coûte que coûte.

Je trouve ça passionnant de découvrir l’évolution du groupe autour de Phœnix malgré les drames qui peuvent frapper certains des membres comme on peut le voir de temps et temps et de découvrir l’évolution de ces relations qui sont compliquées au départ pour certaines. J’ai ainsi particulièrement adoré le troisième opus dont toutes les affaires étaient réellement connectées autour d’une même grande histoire dans les rebondissements m’ont soufflé de plus en plus fort.

Et même si, au final, nous n’avons pas réellement un grand rôle à jouer sur les réussites de Phœnix, je trouve ça particulièrement intriguant de nous laisser l’avenir de certains personnages ne méritant pas ce qui leur arrivent au creux de nos mains. Ah, ceux-ci me manquent déjà j’ai l’impression ! D’autant plus que nombre d’entre eux sont marquants puisque les situations ne sont pas répétitives pour un sous malgré les 14 affaires que j’ai eu à résoudre.

Et si je veux conclure en bonne et due forme, il faut que vous m’encouragiez, que je me prépare mentalement à supporter ce que j’ai à dire et que je scande fièrement : « Objection ! ».


Note : 4 sur 5.

Merci beaucoup de m’avoir lu. N’hésitez pas à me partager votre avis sur ce titre et sur cet article. On croise les doigts pour voir un jour arriver les Phœnix Wright suivants sur nos contrées pour la première fois pour certain. Et pourquoi pas sous forme de nouvelle trilogie d’ailleurs. Bref, je vous donne rendez-vous dans deux jours pour continuer cette semaine à thème pour parler de ma série préférée qui est sur le point de s’achever. À la prochaine, Komorebi out !

4 commentaires

  1. Ce jeu, je n’arrête pas d’en repousser l’achat en espérant une version boîte sur le marché français (je n’ose pas trop passer par de l’import). Mais tu me donnes tellement envie qu’à la prochaine promo sur l’eshop Nintendo, je risque de craquer…

    Aimé par 1 personne

    • Ah c’est le cycle qui continue.
      On m’a donné envie de l’acheter, je donne envie de l’acheter.
      Mais effectivement, ce serait tellement bien de l’avoir en physique.
      Merci pour ta lecture et ton commentaire, ça me fait plaisir.
      A la prochaine 😉

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s