Rudolf Turkey – Dans ma mangathèque #8

Bonjour et bienvenue sur cet article qui va conclure ce mois de décembre et cette année 2019. J’ai réussi pour le deuxième mois d’affilée à tenir le rythme que je m’étais imposé (yeah). Ainsi, il y aura eu  15 articles sur le blog (1 Dans Ma Mangathèque, 7 articles sur des nouveautés, 5 rattrapages d’anciens manga, un résultat de tournoi et 1 film). J’espère que cette lecture vous plaira. Nous voilà donc fin décembre et il est temps de se demander ce qu’il y a Dans Ma Mangathèque ?


Rudolf Turkey est un sacré type ! Plein d’ambition, c’est l’adjoint au maire de Gond Land, une sorte de Las Vegas fantasmé où se mélange pêle-mêle argent, jolies filles, action, casinos et cabarets. Rudolf est un homme charismatique et important… mais aussi sacrément arrogant et insolent ! Il attire donc à lui tous les malfrats du coin et se retrouve souvent dans des situations bien compliquées. Si l’amour ne lui sourit pas, il sait par contre y faire en politique et en affaire. Quelles sont ses ambitions et pourquoi lui en veut-on autant ? Vous le saurez entre deux coups de mitraillette, un instant de grâce et quelques billets !

Synopsis de la série

Fiche technique : 7 tomes publiés entre le 09 octobre 2014 et le 12 juillet 2018 par Komikku en France.

Mais que dire sur ce titre ?

Déjà, il faut prendre en compte le fait que j’ai découvert cette oeuvre de manière plutôt originale. J’en avais tout d’abord entendu parler sur les chaînes YouTube de Lince Otaku et du Chef Otaku, et cet univers m’avais tout de suite tapé dans l’oeil. Et un jour, je suis tombé sur le cinquième tome de la série en occasion sur un marché pendant des vacances. J’ai donc lutté environ 4 secondes avant de l’acheter. Et je l’ai lu ! Et bizarrement, ça ne semble pas très malin de découvrir Rudolf Turkey par le tome 5 puisqu’il est absolument charnière (affrontement contre l’ennemi s’avançant en parallèle du héros depuis le début et trahison au programme). Pourtant, me voilà complément happé dans cette lecture. J’ai donc rattrapé les 4 premiers tomes rapidement. Enfin, j’ai du attendre qu’on sorte de la longue pause dans la parution pour découvrir les deux derniers. Je me demande si cette façon de découvrir non commune n’a pas encore plus augmentée mon amour pour cette œuvre.

Evidemment, ce n’est clairement pas le seul point permettant de justifier cet amour presque inconsidéré. En effet, j’adore la construction de l’histoire : sur les 3 premiers tomes, Rudolf vit des petites histoires « insignifiantes » qui montrent ses différentes facettes et celles des personnages qui l’entourent tout en installant un gros fil rouge. Le 4ième nous présente alors un entrainement follement original pour faire face à ce fil rouge et qui est une superbe remise en question pour nos héros. Le cinquième présente donc le lourd affrontement avec un parallèle saisissant et une trahison. Le 6ième a une ambiance bien morose mais parfaitement maîtrisée vu qu’il est centré sur les conséquences du précédent et la préparation à la vengeance. Enfin, le dernier contient bien évidemment le grand final où tous les comptes doivent se régler. En réfléchissant deux secondes, on se rend bien compte que cette construction est d’un classicisme exemplaire, pourtant, ici, l’intrigue est tellement maîtrisée que ces 7 gros volumes se lisent sans aucune difficultés.

Ensuite, nous avons le droit à des personnages infiniment passionnants et attachants, tellement qu’ils sont gravés dans mon cœur. Nous n’aurions que Rudolf, l’œuvre aurait déjà été superbe puisque celui-ci nous délivre une mentalité franchement exemplaire vu à quel point il utilise intelligemment les ressources à sa disposition tout en emmerdant les choses insignifiantes à ses yeux. De plus, il n’en reste pas moins humain vu que le seul domaine qu’il ne semble pas réellement maîtriser (l’amour) prend un place assez grande et intéressante dans l’oeuvre. Sauf, que Rudolf n’est pas le seul à être aussi bien traités, puisque ses deux assistants et ses deux amis d’enfance ont une influence réciproque et bénéfique sur notre dindon. Et même les adversaires, qui représentent tour à tour le parallèle parfait au héros et le dernier obstacle du passé semblent si parfaits pour l’intifue. Et même le personnage du traître est bien traité alors que c’est généralement un cas compliqué. Le personnage qu’essaye de conquérir Rudolf est brillamment écrit également vu sa force d’esprit malgré l’univers très dur auquel elle est confrontée.

Je ne pensais pas m’investir autant dans une course à l’élection de maire. Mais traiter autant l’humanité et la façon de voir le monde sur avec les candidats au poste est juste excellent.

Enfin, cette œuvre en plus de nous faire voyager par son intrigue et ses personnages hauts en couleurs, nous fait voyager physiquement puisque nous pouvons découvrir une ville fictive semblable à Las Vegas, ainsi que le Japon et New York.

En Somme, il s’agit vraiment d’une œuvre qui m’a profondément marqué mais dont je ne peux malheureusement pas parler plus vu qu’il serait dommage d’empiéter sur toutes ses idées alors qu’elle n’est déjà pas bien longue.


Note : 5 sur 5.

Merci d’avoir lu cet article. N’hésitez pas à me partager votre avis sur cette œuvre et sur ce type d’article. N’hésitez pas à faire un tour sur mon twitter pour voter pour le prochain manga que je vais vous présenter. On se dit à fin Janvier pour découvrir ce qu’il y a d’autre dans ma mangathèque et à dans deux jours pour commencer le bilan 2019.

3 commentaires

    • Évidemment qu’il y a des défauts mais la façon dont j’ai découvert l’oeuvre et ses personnages ont clairement attachés mon affection. 😍
      Je suis heureux de pouvoir découvrir d’autres personnes qui connaissent cette œuvre.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s